Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 19:02

La publication du recueil au fil de l'eau par l'éclectique maison d'édition les "mille et une nuit" est l'occasion de découvrir les premiers haïku composés en français.

Vers l'année 1900, quelques amis - Paul-Louis Couchoud, André Faure et Albert Poncin - se réunissent pour écouter le récit de l'un d'eux, Paul-Louis, qui revient d'un voyage autour du monde grâce à une bourse. Nous sommes à l'époque en plein Japonisme. Fascinés par le pays du Soleil Levant et sensibilisés par sa poésie, les 3 amis décident en 1903 de faire un voyage d'excursion dans une péniche sur les canaux français durant lequel ils composeront les premiers haïku de langue française.

Une brochure de trente pages est ensuite publiée. Bien qu'imprimée à trente exemplaires et non commercialisée elle aura un certain succès et connaîtra plusieurs rééditions.

 

Penchons nous sur les oeuvres qui composent ce recueil:

Les poèmes sont tous composés de trois vers, leur longueur est très diverse (nombre de pieds total inférieure/supérieure à 17) et la répartition des pieds dans chaque vers également. Ils ne contiennent pas tous de kigo, même implicites, et certains thèmes apparaissent bien familiers ou usités dans le haïku (tel que l'amour).

Ainsi, si ce sont d'admirables poèmes courts, je ne suis pas certain qu'ils puissent être tous qualifiés de haïku.

Le recueil dévoile en filigrane une histoire intéressante, celle de jeunes camarades ayant décidé de prendre le large pour se forger le caractère. Cela fait penser à une certaine littérature du 19e et du début du vingtième.

A noter en fin d'ouvrage, une fiche technique "faites vos haïku vous même" assez incongrue (à oublier) et une bibliographie conséquente.

Une influence sur la vision du haïku en France?

Il est intéressant d'observer que dès le départ, les premiers haïku à la française écartent des éléments touchant à la forme (nombre et répartition des pieds, présence de kigo) et au fond (thèmes suscités par les kigo ou peu présents)... Ce recueil a-t-il eu un impact sur la vision francophone du haïku? Ce qui est certain est cette similitude de perception avec l'époque moderne, qui permettra d'occulter toute réflexion sur la forme, au nom d'une "licence poétique".


Au fil de l'eau, j'ai apprécié notamment:

 

Les ombres s'allongent.

Les champs de seigles mûrs

Se mettent à flamber.

 

Dans le soir brûlant

Nous cherchons une auberge

Ô ces capucines!

 

Références:

Au fil de l'eau - les premiers haïku français - édition établie par Eric Dussert.

Editions : "Mille et une nuits"; N°440; ISBN 2-842-05799-6

Partager cet article

Repost 0
Published by chris - dans Théorie haïku
commenter cet article

commentaires

Heure - 時間

France - フランス
Japon - 日本