Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 22:21

横道に

ポトフの匂い

故郷かな

 
Traduction française approximative:
Sur un chemin de traverse
odeur de pot-au feu
Mon pays natal?



Proposition de
S. Mabesoone:

雪道に

ポトフの匂ひ

故郷かな





Maj/Update: 26/12/07

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian - dans Haïku - 俳句 (JP)
commenter cet article

commentaires

christian 26/12/2007 17:40

10 mois sont déjà passés depuis cette tentative de composition en japonais, et je m'aperçois que j'avais oublié de remplacer "furusato" par "kokyou" à la suite des suggestions de Seegan Mabesoone.C'est maintenant chose faite: cette modification a l'avantage de permettre le respect de la métrique.J'insère aussi dans l'article sa proposition de correction, plus élégante que ma version.

Seegan Mabesoone 23/02/2007 07:12

添削:
雪道にポトフの匂ひ故郷かな
yukimichi ni potofu no niohi kokyou kana
La neige "colle" bien avec "pays natal", a mon avis, et il fallait un kigo...
kokyou est une lecture courante dans ce cas (eut egard a la metrique 575, le lecteur japonais ne lira jamais furusato - autre lecture possible, kun)
Bon courage de la part d'un "senpai" ...
Seegan Mabesoone  マブソン青眼 

Christian 24/02/2007 18:52

Je remercie Mabesoone sempai pour ses commentaires encourageants et sa correction qui suscite quelques interrogations. Je me rappelle justement avoir hésité à vous envoyer un texte à l'adresse indiqué sur la page du saijiki (mais comme le site semblait ne pas avoir été mis à jour depuis longtemps, je me suis dit qu'elle ne fonctionnait peut-être plus).

J'espère que ces questions ne vous paraîtront pas incongrues:

Sur le kigo:
Un kigo est-il toujours nécessaire selon vous? Ne peut-on pas composer un haïku dit de situation sans kigo, ainsi que semble l'indiquer P. Costa?
Le site de Mushimegane, dans la partie consacrée à l'histoire du haïku, indique, concernant ippekiro nakatsuka, que cet auteur aurait rejeté l'utilisation du kigo.
Je me demandais quelle latitude possèdent les haïkaistes aujourd'hui par rapport au kigo.
Je marche beaucoup dans Paris, Ville propice aux chemins de traverse. Lors d'un détour, m'était venue l' idée d'y lier les odeurs des plats de notre enfance et du "pays natal" dans un haiku, mais pas d'y insérer un kigo... Le chemin de neige est une belle image.
Sur certaines formes de la langue japonaise:
Vous utilisez nihoi à la place de nioi comme dans certains textes de poésie où le hi remplace le i de certains mots (niohi, omohide...). Il m'a été indiqué que c'était une forme peu usitée (archaïque ou littéraire?) dans le japonais courant (forme évoquant le futur ou une action qui dure).
D'autre part j'ai noté que certains haïku de Issa comportent également une forme de conjugaison peu fréquente "taru" (je pense notamment à さまづけに育てられたる蠶 哉 [1]).
Je me demandais dans quelle mesure il fallait s'approprier ces formes "peu courantes" du japonais pour composer des haïku. Passent-elles pour littéraire? Archaïques?
Sur les lectures des kanji:
Je ne savais pas que kokyou était une lecture évidente pour le lecteur japonais, ce qui résout le problème de métrique. J'avais utilisé furusato pour l'avoir beaucoup entendu au Japon. Kokyou me fait surtout penser à un livre de Murakami Haruki. Au final, je me demandais dans quelle mesure choisir un mot japonais pour sa musicalité: préférer une lecture on ou kun? Cela n'a peut-être pas d'importance? Quels sons paraissent doux ou durs?... nado... nado...
 
Je lis actuellement "Issa to wain" avec grand plaisir: c'est une lecture très intéressante qui ouvre sur d'autres horizons tel que Bergson et le rire ou Montaigne...
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Voici quelques précisions de Seegan Mabesoone sur le sujet et rapportées par mes soins:
Un haïku sans kigo:Un haïku sans kigo est un haïku dit "sans temps" (presque un "haïku mort"). Il reste possible dans certaines situations: versets de circonstance, tuito-ku (deuil). Cependant, un haïku avec un mot de saison (kigo) est souvant utile pour la pronfondeur qu'il ajoute.Style littéraire dans le haïku:La langue classique (bungo) est très fréquemment utilisée dans le haïku:Plus précise que la langue moderne, elle colle "naturellement" à la métrique exigeante du haïku (5/7/5).Choix esthétique:Un haijin conserve une certaine latitude dans le choix des kana qu'il va utiliser dans sa composition (langue classique ou moderne). Par exemple: niohi ou nioi.


Bédédazi 14/02/2007 12:44

Eh bien, pas parfait mais joli tout de même !

Christian 14/02/2007 13:46

Merci.Je déplace le contexte dans ce commentaire:Contexte: ce haiku est une première tentative de composition en japonais, avec malheureusement un "reste de lettres" (5/7/6). 13/02/2007.
文脈:初めて日本語で作ってみた俳句です。残念ながらじあまりです(5/7/6)。13/02/2007。

La première version de ce poème n'a pas échappé à un écueil aux apprenants japonais: le choix du kanji (caractère d'origine chinoise).
J'ai d'abord utilisé臭い (nioi, kusai) au lieu de匂い (nioi).
Le soucis est que le premier caractère est utilisé pour des odeurs fortes, ...disons puantes. Cela donne parfois des résultats surprenants et aura au moins fait sourire Neige.

Heure - 時間

France - フランス
Japon - 日本